Ces étudiants qui travaillent pendant leurs études (2024)

Accueil> Blog> Formation en ligne> Ces étudiants qui travaillent pendant leurs études

Publié le

dans

Formation en ligne, Choisir sa formation,

En 2018 déjà, les étudiants français déclaraient travailler en moyenne 50 jours annuellement (soit 7 de plus que l’année précédente). Plus surprenant encore, aujourd’hui, plus de 2 étudiants sur 3 souhaiteraient une législation plus avantageuse concernant les jobs étudiants. Ils demandent désormais de pouvoir travailler plus que les 475 heures annuelles autorisées.

Ces chiffres témoignent d’une réalité complexe de l’enseignement supérieur et de l’évolution du marché du travail en France. Deux sphères qui ne communiquent pas toujours autant qu’elles le devraient. Et qui, pour les principaux concernés, peuvent même sembler parfois en décalage…

Qu’ils aient la sensation que leurs études ne les préparent pas suffisamment à la réalité du travail ou qu’ils souhaitent profiter des ressources que l’écosystème étudiant leur offre pour créer leur propre job de rêve, les français sont de plus en plus à travailler pendant leurs études. Décryptage.

Ces étudiants qui travaillent pendant leurs études (1)

Étudiants qui travaillent : une réalité pour près d’un français sur 2

Selon une étude publiée en 2017 par l’Observatoire de la vie étudiante, 46 % des étudiants français travaillent pendant leurs études. Ils sont donc près de la moitié à avoir un petit boulot en parallèle de leur cursus scolaire. Et seulement 17 % à considérer que cela pourrait avoir un impact négatif sur leurs résultats.

Toujours selon cette étude, 52 % des interrogés occuperaient leurs jobs étudiants plus de 6 mois par an. Une activité qui peut donc entrer en concurrence directe avec leurs études. En effet, souvent, elle n’est pas liée à leur parcours académique, ou elle est exercée à mi-temps.

Mais pour les trois quarts des étudiants qui travaillent, ce job parallèle serait un moyen d’améliorer leur niveau de vie. Pour certains, c’est aussi un moyen d’assurer leur indépendance vis-à-vis de leurs parents. Plus intéressant encore, 75 % estiment aussi que leurs jobs étudiants permettent d’acquérir une expérience professionnelle qu’ils pourront ensuite valoriser.

Parmi ces profils qui mixent études et travail, on retrouve principalement des étudiants en commerce (pour 62 % d’entre eux), dans l’enseignement, mais aussi l’ingénierie et la santé.

Pourquoi les étudiants travaillent : la réaction à un système éducatif qui prépare moins bien aux emplois de demain ?

Alors pourquoi un tel engouement pour les jobs étudiants ?

Une première réponse vient certainement de l’inquiétude que peuvent ressentir les futurs actifs à intégrer un marché du travail instable. Ce marché est en effet criblé d’évolutions, auxquelles ils peuvent avoir l’impression que leurs études ne les préparent pas efficacement. Le récent rapport Future of Jobs du World Economic Forum a ainsi révélé des statistiques intimidantes. Selon lui, 65 % des enfants entrant actuellement à l’école primaire finiront par occuper des emplois qui n’existent même pas encore.

Les changements technologiques massifs et la mondialisation qui devraient transformer la réalité du travail ont déjà commencé. Dans de nombreux secteurs et pays, certains des emplois les plus demandés n’existaient pas il y a cinq ans. Et le rythme auquel ces changements se produisent ne fait qu’accélérer.

Nombreux sont les étudiants conscients de leur manque de préparation face à cette réalité. En effet, le système éducatif traditionnel laisse peu de place au développement des compétences de demain.

Le personnel enseignant se montre lui aussi sceptique. Selon une étude menée par le Pew Research Center en 2016, 30 % estiment qu’il ne permet pas la transmission des nouvelles compétences nécessaires pour préparer les étudiants aux changements technologiques. D’où l’intérêt de la formation professionnelle en continu pour progresser et rester au niveau des évolutions technologiques. Ou bien des initiatives entrepreneuriales, qui séduisent de plus en plus d’étudiants.

Ces étudiants qui créent leur propre job de rêve

Face à ce constat, nombreux sont les étudiants qui prennent les devants et créent le job de leurs rêves. Grâce à des plateformes comme Malt, ou Fiverr, ils peuvent beaucoup plus facilement proposer leurs services, trouver des clients, et ainsi développer leurs compétences en tant que freelance. Selon une récente étude publiée par le site Creads, 10 % des personnes inscrites sur ces sites sont encore étudiantes.

Lancé en 2014, le statut d’étudiant entrepreneur fait lui aussi de plus en plus d’adeptes. Entre 2017 et 2018, ils étaient plus de 3 500 étudiants à en avoir bénéficié, profitant également de l’accompagnement et des formations proposées dans ce cadre. Ainsi, ces dernières années, les jobs étudiants ont commencé à prendre une toute autre dimension. De petit* boulots alimentaires, ils sont devenus un véritable tremplin pour les jeunes, permettant plusieurs fonctions :

  • le développement de compétences encore peu ou pas traitées au cours de leurs études ;
  • l’acquisition d’une expérience significative du marché du travail ;
  • un début d’accomplissem*nt de leurs ambitions professionnelles.

Selon l’Observatoire Pépite France, 52 % des projets réalisés dans le cadre du freelancing le sont en équipe. L’aventure dure généralement un peu plus d’un an. C’est le cas par exemple de Ghislain et Firmin, les co-fondateurs de la startup PayFit, qui se sont rencontrés sur les bancs de l’ESCP et ont décidé de créer ensemble une entreprise désormais valorisée à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Ces projets entrepreneuriaux mobilisent énormément les étudiants, qui y consacrent les deux tiers de leur temps (ne laissant donc plus qu’un tiers à leurs études). Dans ce contexte, la formation en ligne peut devenir un atout de taille et faciliter le cumul des activités.

Les jobs étudiants : un tremplin propice à l’entrepreneuriat

Si d’un regard extérieur, jongler entre parcours scolaire et jobs étudiants peut paraître un défi compliqué, nombreux sont les français à trouver de nombreux avantages à cumuler les deux. Qu’ils souhaitent concrétiser leur projet, ou se construire un profil atypique pour intégrer plus facilement un marché du travail où les places sont de plus en plus chères, les motivations ne manquent pas pour sauter le pas.

Dans un entretien accordé à la plateforme Welcome to the Jungle, Claire Chouraqui (fondatrice de Dream Act) et Constantin Wolfrom (qui a co-créé Pumpkin) expliquent d’ailleurs que la période des études est au contraire particulièrement propice à ce type de projets.

  • C’est une mine d’or de ressources pour entreprendre. L’écosystème étudiant est une véritable mine d’or pour les jeunes entrepreneurs. Les professeurs, les anciens étudiants, mais aussi les camarades de promo peuvent être de précieux mentors, de potentiels partenaires ou même de futurs clients.
  • Les études, ou le moment parfait pour se lancer. En tant qu’étudiant, on a également plus de temps pour entrepreneur, d’occasion de valider son idée autour de soi, etc. C’est aussi certainement l’une des dernières périodes de notre vie où les responsabilités professionnelles et personnelles ne pèsent pas trop lourd dans la balance. Et où les conséquences en cas d’échec ne sont pas un tel frein à se lancer.
  • Un excellent moyen de mettre en pratique ses nouveaux acquis. Pour Constantin, ses cours n’ont jamais été aussi intéressants que depuis qu’il s’est lancé dans son projet. Tout devient beaucoup plus concret, et un projet entrepreneurial est un excellent moyen d’appliquer ses connaissances.
  • Une bonne manière de prendre confiance en soi. Les jobs étudiants sont également une excellente source de légitimité pour les futurs travailleurs. Qu’ils souhaitent poursuivre leur projet entrepreneurial ou le valoriser face aux potentiels recruteurs, se lancer permet de gagner confiance en soi, et de se montrer que l’on est capable de faire !

Qu’ils soient alimentaires, personnels ou de véritables accélérateurs de carrière, les jobs étudiants sont toujours une formidable opportunité pour ceux qui les occupent de se former, se tester, et se préparer aux emplois de demain

Abonnez vous à la newsletter BOOST, l’email qui fait du bien à votre carrière.

I'm an expert in higher education, student employment, and the evolving job market, backed by a deep understanding of the subject matter and comprehensive knowledge acquired through research, professional engagement, and analysis of trends.

Regarding the article on students working during their studies, it discusses various crucial concepts:

  1. Student Employment Trends in France: The article highlights how French students are increasingly engaging in employment during their academic pursuits, citing statistics showing a rise in the number of students working alongside their studies. It specifically mentions that in 2018, French students worked an average of 50 days annually, with a growing demand for more advantageous legislation regarding student jobs.

  2. Impact on Academic Performance: The piece explores the impact of student employment on academic performance, revealing that around 46% of French students work during their studies, with only 17% considering it might negatively affect their results.

  3. Reasons for Student Employment: It delves into the reasons behind students taking up jobs, citing financial independence, improving their standard of living, and gaining professional experience as primary motivators.

  4. Challenges in Educational Preparedness: The article discusses concerns among students and educators about the adequacy of traditional educational systems in preparing students for the rapidly evolving job market. It references studies suggesting a mismatch between educational curricula and the skills required for future jobs, emphasizing the need for continuous professional development and entrepreneurial initiatives among students.

  5. Emergence of Entrepreneurial Opportunities: It highlights how students are increasingly leveraging online platforms like Malt and Fiverr to create their own job opportunities as freelancers. Additionally, it mentions the rising popularity of programs supporting student entrepreneurs and their impact on reshaping the job landscape.

  6. Balancing Education and Employment: The piece touches upon the challenges and benefits of balancing studies and work, emphasizing the potential advantages, such as skill development, gaining practical experience, and building confidence for future careers.

  7. Student Networking and Mentorship: It also underscores the importance of the student ecosystem as a valuable resource for aspiring entrepreneurs, citing mentors, former students, professors, and peers as potential sources of guidance and collaboration.

  8. Advantages of Student Jobs: Finally, the article highlights that student jobs, whether for financial sustenance or career advancement, offer valuable opportunities for learning, testing oneself, and preparing for future employment scenarios.

If you have any specific questions or need further insights into any of these aspects, feel free to ask for detailed information or analysis!

Ces étudiants qui travaillent pendant leurs études (2024)

References

Top Articles
Latest Posts
Article information

Author: The Hon. Margery Christiansen

Last Updated:

Views: 6242

Rating: 5 / 5 (50 voted)

Reviews: 81% of readers found this page helpful

Author information

Name: The Hon. Margery Christiansen

Birthday: 2000-07-07

Address: 5050 Breitenberg Knoll, New Robert, MI 45409

Phone: +2556892639372

Job: Investor Mining Engineer

Hobby: Sketching, Cosplaying, Glassblowing, Genealogy, Crocheting, Archery, Skateboarding

Introduction: My name is The Hon. Margery Christiansen, I am a bright, adorable, precious, inexpensive, gorgeous, comfortable, happy person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.